Commission de classement 26W 2021

By in
Commission de classement 26W 2021

Déclaration Pôle TRACTION

COMMISSION DE CLASSEMENT 26W 2021

Monsieur le Président,

Le pôle Traction et ses commissaires classeurs œuvrent depuis de nombreuses années à préserver au mieux, les intérêts des personnels issus de chaque catégorie et aujourd’hui, dans le cadre de la commission de classement 26w, pour ceux de la « Conduite ».
Le pôle Traction rappelle tout son attachement à notre commission de classement centralisée. Nous demandons une nouvelle fois que la présidence soit confiée au département et non aux directions d’unités, pour revenir à une pratique plus claire et plus juste.

Comme vous le savez, la commission de classement 26W est toujours très attendue par les conducteurs car, dans le contexte de la politique sociale actuelle, elle représente la seule réelle possibilité d’obtenir du pouvoir d’achat. Sans faire une provocation, quel esprit gonflé de sa propre suffisance peut imaginer qu’il est nécessaire de supprimer l’avancement d’un conducteur ? Aussi comprendre la complexité des spécificités de notre métier peut mener à plus d’humanisme.

Donnez-une réalité au mot « confiance » : commencez par interroger vos conducteurs sur la manière d’exercer leur métier au quotidien. Eux savent ce qui est envisageable et ce qui ne l’est pas, compte-tenu de leur expérience ! Faîtes confiance à leur expertise. Ce n’est pas de contrôle, de sanctions qu’ils ont besoin, mais d’accompagnement.

Cependant, il serait malhonnête de ne pas noter avec satisfaction un changement notable constaté l’année dernière, sur les échanges avec les directions d’unités puisqu’à la simplification des débats s’ajoute l’allègement des sanctions dans l’avancement, ce que nous appelons de nos vœux depuis longtemps.

Nous accueillons également avec satisfaction l’ouverture de cet espace de parole et de ce changement politique.

Pour cette année, nous tenons à signaler que la période a été difficile pour votre personnel de conduite. Certains sont en grande difficulté, mais n’arriveront pas facilement à le dire. L’impérieuse mais difficile prise en compte de cette réalité sera tout l’enjeu de cette commission de classement 26w 2021.

L’investissement est en crise. Le social n’apparaît plus clairement pour notre entreprise comme source de progrès.

La prise en compte de l’enjeu de la sécurité ferroviaire et de l’analyse constituent les piliers méthodologiques de cette commission. En cette période de crise sanitaire plus que jamais, le dialogue social et le discernement doivent être un levier essentiel pour traiter les avis défavorables.

Nous pensons en effet que permettre à travers nos propos aux agents de s’exprimer sur leurs quotidiens au travail est un chemin possible pour l’amélioration de ceux-ci et sur la prise en compte des difficultés du métier exercé.

Nous serons donc vigilants que nos paroles continuent à être suivies d’effets concrets. Nous sommes convaincus que la qualité de nos échanges et le partage des actions engagées sont déterminants pour la pérennité de notre département.
Il serait judicieux que vous déconfiniez un certain nombre d’idées. Nous pensons que la vieille recette du « pas d’avancement, de la sueur et des larmes », n’est pas adaptée à la situation.

A travers cette commission de classement, vous avez le pouvoir et le devoir de faire passer un message, notre entreprise ne se résume pas à ses résultats, elle constitue un projet collectif qui réunit dirigeants et personnels, que la parole de ces derniers doit être davantage prise en compte.

Ce changement participerait à l’amélioration des conditions de travail autant qu’à la performance de l’entreprise. Le sens du travail, la prise en compte des organisations différentes notamment pour les lignes modernisées, une forte aspiration à davantage d’attention et d’écoute, doivent donc être au cœur de votre analyse durant cette commission de classement.

Nous n’acceptons pas que la modernisation des lignes 3, 5, 9 et 13 soit réfléchie dans l’objectif d’augmenter le risque de sanctions et de retards à l’avancement pour les conducteurs sans que la qualification de celle-ci ne soit reconnue statutairement.
Vous modifiez tant sur le fonds que sur la forme le processus d’évaluation sur lequel vous vous étiez engagé à la mise en place de ces modernisations.
Les unités qui sortiront gagnantes à la fin de celle-ci seront celles qui sauront faire de l’engagement et de la reconnaissance des salariés, des atouts.

Pour finir, nous tenons à vous faire part d’une autre inquiétude concernant les
accélérés.

Tous les conducteurs serviables, quitte à déréglementer, toujours en accord avec leur hiérarchie profitent aisément des accélérations en discriminant des autres.

Pourtant notre entreprise se prévaut d’un label de lutte contre toutes formes de discriminations. Nous constatons que les aspirations des directions d’unités à une gestion toujours plus individualisée des personnels de conduite, se voient ainsi
satisfaites.
Il ne faudrait pas que cet acte arbitraire de chaque unité, préfigure la façon dont le département MTS entend organiser notre déroulement de carrière.
Plusieurs situations nous amènent à conclure que nous sommes face à un déni de démocratie manifeste.
Ces différences de traitement confortent le pôle Traction dans ses revendications d’un déroulement sans quota sans fourchette et unique pour tous et avec comme seul base d’échange : les critères professionnels de l’annexe 7 du protocole conduite.
Nous réaffirmons devant vous, notre volonté d’un dialogue social ouvert et franc pour plus de transparence, d’équité, de reconnaissance professionnelle avec des propositions constructives pour des résultats concrets pour tous les conducteurs.
Aussi nous vous demandons qu’une réflexion soit menée pour évaluer équitablement la valeur professionnelle de tous les conducteurs qui n’ont pas pu bénéficier d’une accélération de carrière durant leur carrière.